Sécurité et santé mentale au collège : Stratégies d’autogestion de la santé (4/4)

anxiete etudiantL’université est une période passionnante et nouvelle dans votre vie ; cependant, il est aussi parfaitement normal et courant de se sentir hésitant. La transition vers l’université signifie entrer dans une nouvelle étape de la vie, ce qui peut provoquer beaucoup d’anxiété chez de nombreux étudiants de première année. Sachez quelles sont vos ressources en tant qu’étudiant de première année, investissez dans vos relations et développez une routine de soins personnels dès le début. Sachez que presque tout le monde connaît un certain niveau de difficulté d’adaptation, vous n’êtes donc pas seul !

Comment surmonter le marasme de l’étudiant de deuxième année

De nombreuses personnes connaissent la fameuse “crise de la deuxième année”. L’université devient soudainement une corvée car vous n’êtes plus fêté comme les nouveaux arrivants sur le campus, comme les étudiants de première année, mais vous ne pouvez pas non plus profiter des opportunités de recherche et de stage des juniors et des seniors. Un rapport de 2012 indique que 6 % des étudiants des collèges d’État quittent l’université au cours de leur deuxième année, tandis qu’une autre enquête a révélé qu’un quart des étudiants de deuxième année ne se sentaient pas stimulés par leurs cours ou ne se sentaient pas chez eux sur les campus. Pour trouver votre lieu d’appartenance et redynamiser votre expérience en deuxième année, investissez dans des amitiés de qualité, sortez de votre routine en explorant les zones hors du campus et veillez à équilibrer l’intensité des études avec le sommeil, la nourriture et les soins personnels de base. Reconnaissez que l’année de deuxième année peut être une année précieuse et enrichissante si vous vous intégrez facilement à la nouvelle étape de l’université et tracez votre propre chemin.

Naviguer dans l’intensité de l’année junior

L’année de première année est marquée par toute une série de défis qui peuvent avoir un impact sur votre santé mentale, mais c’est aussi un moment idéal pour vivre de nouvelles expériences et saisir des occasions enrichissantes. Apprenez à naviguer dans l’intensité de la première année en faisant preuve de compassion envers vous-même et en prenant des mesures concrètes. Par exemple, essayez de cuisiner en commun ou de préparer des repas avec vos colocataires pour faciliter la transition vers la vie hors campus. Apprenez à gérer le rejet de vos demandes de stage et d’emploi d’été et faites appel à vos ressources, notamment vos amis, les centres de conseil, les centres d’orientation professionnelle, les professeurs et votre famille.

Traiter les crises de quart de vie de la dernière année

Les crises de quart de vie peuvent vous frapper quelques années après l’obtention du diplôme, ou commencer en dernière année lorsque vous commencez à postuler à des emplois à plein temps. Une crise de quart de vie vous fait douter de la vie en raison du stress lié aux transitions de la vie, y compris les carrières, les rencontres et les relations. Une grande partie de la transition vers l’âge adulte consiste à trouver sa place dans le monde, ce qui peut être un facteur de stress important pour de nombreuses personnes. Si vous vous sentez perdu dans vos choix de carrière, envisagez de profiter des postes de bénévoles et des stages. Vous pouvez lire des descriptions de carrière, mais vous en apprendrez tellement plus sur l’industrie et la vie quotidienne du domaine si vous essayez réellement de travailler dans ce rôle. Si vous affrontez des difficultés de rencontre, faites des pauses et remettez-vous en selle plutôt que de perdre espoir. Il est facile de se décourager après avoir participé à plusieurs rendez-vous sans rencontrer de personnes avec lesquelles vous vous sentez vraiment à l’aise ou même après avoir été ” rejeté “, mais rappelez-vous qu’il suffit d’une seule personne qui vous corresponde. Enfin, si vous avez du mal à vivre des relations sérieuses, qu’il s’agisse de relations amoureuses ou amicales, essayez de vous engager dans des pratiques d’autoréflexion telles que la pleine conscience, la tenue d’un journal, une thérapie et des ateliers de développement personnel. La thérapie peut également vous aider à traiter vos schémas relationnels, ainsi qu’à évacuer et à traiter vos pensées et vos sentiments.

Prise en charge personnelle des athlètes universitaires

Si vous êtes un athlète universitaire, l’importance accordée au corps et la pression exercée sur les performances peuvent se manifester de manière néfaste. Vous naviguez dans un nouvel environnement, vous devez trouver votre place dans une nouvelle équipe et vous pouvez avoir du mal à trouver un équilibre entre les nouvelles attentes scolaires et sportives. C’est beaucoup de choses à assumer, sans parler de l’épuisement physique ! Pour concourir au plus haut niveau tout en préservant votre bien-être nutritionnel et émotionnel, prévoyez des repas, trouvez des moyens d’évacuer le stress et encouragez un dialogue positif au sein de votre équipe. Et si vous le pouvez, prenez des mesures de soins personnels supplémentaires conçues pour les étudiants-athlètes universitaires.

Comment aider un ami dans le besoin

Voir un ami en grande souffrance peut nous amener à nous sentir perdus et impuissants. Sache que souvent, ce dont ton ami a le plus besoin, c’est d’être libre d’exprimer sa vulnérabilité en toute sécurité. Ci-dessous, vous trouverez quelques mesures que vous pouvez prendre pour aider un ami dans le besoin. Mais surtout, n’oubliez pas que vous n’êtes pas un professionnel qualifié et que vous n’êtes pas censé l’être ! Utilisez les suggestions ci-dessous pour orienter votre ami(e) vers des ressources sûres.

Comment être un ami sécurisant et solidaire

  1. Prends le temps d’écouter. Remarquez vos propres sentiments par rapport à ce que la personne vous dit, essayez de vous occuper de vos propres sentiments et de les séparer de ceux de votre ami. Cela vous aidera à écouter votre ami.
  2. Montrez-lui que vous l’avez entendu. Renvoie à ton ami ce que tu as entendu ; par exemple, “Je t’entends dire que tu ne te sens pas en sécurité en ce moment”.
  3. Utilisez une déclaration de validation. Vous pouvez dire “cela semble vraiment effrayant” ou “cela semble vraiment douloureux” pour valider ses expériences et montrer qu’elles sont acceptables. Évitez les phrases telles que “ne sois pas bête, tu es incroyable”, car elles dévalorisent l’expérience que votre ami(e) partage avec vous. Veillez à ne pas vous lancer dans votre propre histoire. Vous pouvez donner un exemple de votre vie pour normaliser son expérience, mais restez bref.

Choses utiles que vous pouvez dire

“Je me soucie de toi et de ta sécurité et je veux m’assurer que tu reçoives le type d’aide dont tu as besoin et que tu veux.”

“On dirait que vous avez besoin de plus d’aide que je ne peux en donner et je veux m’assurer que vous l’avez parce que vous y avez droit.”

“Ce que je vous entends dire, c’est que vous avez besoin d’aide pour vous sentir et/ou rester en sécurité. Veux tu me laisser t’aider à trouver de l’aide à ce sujet ?”

Comment orienter votre ami

“J’ai un plan” = Appelle le système médical d’urgence de ton université et signale une urgence de santé mentale. Ils enverront un ambulancier qualifié. L’idéal est de le faire avec votre ami s’il est d’accord. S’il ne veut pas, trouvez un endroit tranquille et envoyez l’ambulancier à l’endroit où se trouve la personne. Si vous ne connaissez pas son emplacement exact, appelez quand même.

“Je n’ai pas de plan et je ne veux pas me suicider, j’en ai juste envie parfois” = Engagez la personne dans une conversation sur ce dont elle a besoin maintenant pour être en sécurité ainsi que dans les deux prochains jours. Cela peut signifier : “Pourquoi ne dormirais-tu pas chez toi et demain nous pourrons chercher un thérapeute ou aller aux soins d’urgence ?” ou “Je pense qu’il serait préférable pour toi d’obtenir une aide immédiate” (appelez le système médical d’urgence de votre université).

Faites toujours confiance à votre instinct et sachez ce que vous pouvez supporter. Demandez de l’aide immédiate si nécessaire.

Comment aider un ami pendant les fêtes

La période des fêtes, comme l’Action de grâce, Noël et les vacances d’hiver, est un moment de l’année où vous remarquerez que votre ami est particulièrement en difficulté. Bien que les fêtes de fin d’année soient souvent présentées comme le moment le plus merveilleux de l’année, des circonstances de la vie telles qu’une perte récente, l’insécurité financière, un changement de structure familiale et des problèmes de santé mentale peuvent rendre cette période difficile à traverser. Cherchez les signes spécifiques qui peuvent amener quelqu’un à se débattre et les façons dont vous pouvez aider un ami pendant les fêtes, par exemple en reconnaissant le stress de sa situation ou en l’invitant à se joindre à votre célébration des fêtes.

Vous remarquez que votre comportement a changé depuis que vous avez commencer vos études universitaire, et vous avez du mal à gérer votre stress et angoisse. Dans ce cas vous pouvez nous contacter à tout moments afin qu’on vous propose un spécialiste pour vous.